Dans l’Eure, le préfet a fixé des obligations aux agriculteurs, pour tenter d’éviter les incendies.

Jeudi 16 juillet 2015, encore 200 hectares de récoltes sont partis en fumée, dans l’Eure. Près de Saint-André-de-l’Eure, un important feu a dévasté les plaines. C’est le plus important incendie depuis le début de l’été dans le département, mais c’est loin d’être le seul. La veille, près de Nonancourt, un champ de blé a brûlé, à proximité de la station service Leclerc et du Drive de l’enseigne. Au début du mois de juillet, dans le même secteur sud-est de l’Eure, 300 hectares de récoltes avaient été détruites par le feu.
Si les agriculteurs des zones concernés ont, pour la plupart, pris en compte ce risque d’incendie, notamment en transportant en bordure de champ du matériel un « cultivateur », outil utilisé pour déchaumer et éviter la propagation de l’incendie, le préfet a décidé de réagir.

Déchaumer sur une largeur de 20 mètres

Ainsi, vendredi 17 juillet 2015, René Bidal a pris un arrêté « anti-incendie » à destination des agriculteurs. Il leur demande notamment de réaliser un pare-feu sur une largeur « d’au moins vingt mètres », en déchaumant les pourtours de la parcelle en cours de récolte, le long des zones habitées, des zones boisées, des routes à grande circulation et des voies ferrées.
Il faut dire que, mercredi 15 juillet 2015, un incendie à La Madeleine-de-Nonancourt a nécessité l’interruption de la circulation sur la nationale 12, entre Nonancourt et Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir). Ce feu menaçait également plusieurs sous-bois ainsi que la ligne SNCF Paris-Granville, située en contrebas de la parcelle.

Couper plus haut, éviter les heures les plus chaudes…

Le préfet demande également aux agriculteurs de réaliser ce déchaumage « le matin, aux heures les moins propices aux départs de feu ». La consigne donnée aux cultivateurs est également de couper plus haut, de relever les palpeurs de coupe lorsque la moissonneuse en est équipée, de ne pas moissonner aux heures les plus chaudes de la journée et de bien nettoyer les organes de refroidissement du moteur au début de chaque journée de moisson et dans la journée.
Le préfet attire également l’attention des agriculteurs sur « les parcelles situées en bordure de dépôts de gaz liquéfiés ou de dépôts de matières inflammables ».

Document. L’arrêté pris par le préfet de l’Eure :

1-164d1017ab

 

2-e0be8b6866

 

source : article Presse